Bonjour et bienvenue sur FT-RPG, Invité !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La solitude d'une jeune enfant [Pv : Saito Hasaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La solitude d'une jeune enfant [Pv : Saito Hasaki]   Dim 16 Sep 2012, 15:53

J'étais là, sans bouger, remplis d'émerveillement, les yeux grands ouverts devant cette ville qui se dresser à l'horizon de mon regard, j'étais enfin arrivé dans une ville. Je ne connaissais pas le nom de cette dernière. De toute façon, je ne savais pas grand chose de moi alors pour ce qui était de Fiore... J'étais tout de même heureuse, j'arrivais enfin à une ville, le chemin avait été long mais j'avais réussit... Contemplant d'abord les alentours de mon regard bleuté j'aperçus une pâtisserie au loin, courant rapidement vers celle-ci, je m'arrêtai alors devant la vitrine avec des yeux émerveillés de nouveau, brillant comme des étoiles dans la nuit. Une faim au ventre, une envie sucrée, une envie de rentrer et de tout manger... Mais je fis vite déçue en me rappelant que je n'avais pas un sous en poche... Je me laissai alors tomber devant la vitre, tombant sur mes fesses dos au mur qui soutenait la vitrine. Je soupirai alors un grand coup, avec une tête toute triste posant cette dernière sur mes jambes que je venais de replier vers moi. La faim se faisait entendre au niveau de mon estomac, la faim mais aussi la fatigue, et le manque de toute chose qu'une personne normale, surtout un enfant, pouvait souhaité. Un lit douillé pour dormir, une bonne douche pour se rafraîchir, de la nourriture à en avoir mal, des vêtements propres et d'autres choses dans ce style là... J'avais rien de tout ça, mes vêtements je les avais depuis que j'étais partie, un nouveau soupire ce fit entendre puis plus rien... J'ai dû m'endormir sur le coup, je me fis d'ailleurs réveiller au même endroit, en sursaut alors que la nuit était tombée... Des hommes semblaient se parler en disant qu'ils avaient aperçut des bêtes sauvages et dangereuse dans les alentours, mais qu'elles ne se dirigeait pas vers ici, ils comptaient tout de même les surveillés... Alors que j'ouvris les yeux et lever la tête je les aperçus s'approcher de moi et me demandant si j'allais bien... Trop intimidée je me mis à trembler avant de me lever et de me mettre à courir dans toute la ville, sortant même de celle-ci sans m'en rendre compte...

Après quelques mètres à marcher hors de la ville, mon ventre grogner de plus en plus, je fis quelques pas avant d'apercevoir une sorte de bête mais je n'eus pas le temps de la contempler que je tomba d'un coup sur le sol. J'avais trop faim pour bouger, mon corps refusait de faire quoi que ce soit, je ne pouvais plus agir et j'espérai que cette bête ne m'avait pas vu... Les larmes aux yeux, le corps tremblant, la faim au ventre, je sentais le souffle givré du ciel étoilé ce déposer sur ma peau frissonnante au contact de celui-ci... Je ne savais pas ce qui se passait autour de moi, et je ne voulais pas savoir, mes larmes coulaient sur le sol, des larmes de peur alors que mes yeux commençaient à se fermer jusqu'à m'évanouir... Je me réveillai de nouveau peu de temps après, regardant partout autour de moi et ne voyant rien, ni personne... Juste une chose, un repas posait juste devant moi, il semblait chaud et prêt à être manger... Sans me poser de question ou quoi que ce soit je me mis à le manger, dévorant le repas à une taille vitesse que j'en oubliai presque de mâcher... J'avais l'impression d'être une bête enragée qui n'avait pas manger depuis des lustres, mais ce n'était pas important, de toute façon il n'y avait personne pour me juger. Une fois bien rassasié, bien reposer, et en pleine forme, je me levai alors en regardant le ciel apercevant que le soleil c'était montrer il n'y avait pas longtemps. Un soupire se fit alors entendre sortant de ma bouche, je me mis à remarcher en direction de la ville, un peu perdu il me fallu plusieurs heures pour retrouvés où elle était... Je rentrai alors dans la ville de nouveau, puis interpellai toutes les personnes que je croisais, leur demandent si ils ne voulaient pas m’accueillir ou me donner un peu d'argent, mais tout le monde me tourna le dos sans me répondre... Triste, je me mis à courir dans la ville sans faire attention où j'allais pleurant et laissant tomber des larmes partout... Trop attristée je ne fis pas attention à ce qu'il y avait devant moi et trébucha sur un caillou toujours en larme, je tombai alors sur le sol m'écrasant comme une crêpe, me faisant au passage mal au genou et au front... Pleurant toujours, je levai la tête et les yeux et aperçut deux jambes devant moi, je ne voyais pas très bien la couleur du pantalon qu'il portait, je savais même pas si il en portait un, ou peut être même si elle... Les larmes me floutées trop la vue, mais j'étais capable de voir des jambes, je m'agrippai alors avec mes deux mains à celle-ci en tirant sur le pantalon tout en pleurant toujours plus fort d'un air tout triste.
Revenir en haut Aller en bas
Saito Hasaki
Mage de rang D
Mage de rang D
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 10/09/2012

Surnom : Raitei

[Feuille de personnage]
• Réputation: 0
• Karma: 0

MessageSujet: Re: La solitude d'une jeune enfant [Pv : Saito Hasaki]   Lun 17 Sep 2012, 08:18

    L’errance, mot provenant du verbe errer. Une chose qui qualifiait mon occupation favorite depuis plusieurs mois et semaines. Je ne vais pas mentir, ma vie n’était en rien mouvementée. Ennuyeuse, sans intérêt. J’étais un vagabond et je vivais ma vie sans demander de l’aide. Non, je préférais voler ou me battre plutôt que de supplier les humains de me nourrir ou de me filer un peu d’argent. Malgré tout, je sais que ce n’était pas le seul dans ce cas, des milers de personnes, dans Fiore devait être dans mon cas. En plus, qui pourrait croire que moi, un homme si calme soit le fils d’un dragon. Enfin, quand je dis calme, c’est en temps normal, je passe mes journées à pioncer ou à m’entraîner. Sauf que ça, c’est juste quand j’ai bien mangé, parce que sinon, je suis incapable de faire autre chose. Si, manger en fait. Quoi, vous vous ennuyez déjà à lire mes récits ? Bon ok, passons à autre chose. Comme à ma grande habitude, je marchais sans vraiment de but. Me baladant de ville en ville comme un touriste le ferait. C’était un peu ce que j’étais, sauf qu’en plusieurs mois, j’avais eu largement le temps de visiter tout Fiore. La dernière ville en date, c’était Oshibana. C’était un lieu paisible et blindé de génie capable de révolutionner le monde. Dans ce monde, chacun avait une place, les génies inventaient, les combattants combattaient, mage blanc ou noir. Et le reste, passait un peu sa journée à glander ou à chercher une chose à faire. Pour ma part, j’étais dans la dernière catégorie. La bagarre, j’adorais, mais si je pouvais éviter de me battre contre plusieurs personnes, je le faisais. Alors, en attendant de trouver une guilde intéressé par mes dons ou une petite femme pour construire une vie avec, je ne faisais absolument rien. Maintenant que j’avais fais un petit tour à Oshibana, la ville technologique et la plus ennuyeuse qu’il soit pour moi, qui ne connaissait presque rien en machine, j’ai décidé de me rendre ailleurs. L’endroit idéal pour se nourrir et se reposer dans un paysage magnifique, c’était le Mt Hokobe. On disait que l’endroit était dangereux et que les monstres y étaient par centaine. N’étais-ce pas l’endroit parfait pour moi ? Si, je crois bien. Sur des pas déterminés, j’ai commencé ma route. Sur le moment, je n’avais pas vraiment compris que le chemin allait être très long. J’avais un sens de l’orientation un peu bidon et donc je ne savais pas vraiment à quel point Fiore était grand. J’ai fais ce que je croyais être bon, marcher sans rien demander. Mais, à force, mes pieds étaient usés. Et le lendemain même, après avoir paisiblement dormit, j’ai commencé à reprendre chemin, en demandant un peu d’aide. Un mec en charrette est alors passé non loin de moi. Par chance, il accepta de me prendre et me demanda de me mettre à l’arrière et de descendre quand je le souhaitais.

    Acceptant avec plaisir, j’ai pris place. Et la, c’est le drame. Dès les premières secondes, j’ai été pris d’une nausée incroyable. De plus, j’avais le tournis, en gros, j’étais tombé malade en l’espace de deux secondes. Pourquoi ? On peut dire merci à l’apprentissage de mon père, Ximath, le dragon de foudre. En m’apprenant sa magie, j’avais connu un effet secondaire très peu désirable. A partir du moment où j’étais transporté par autre que mes pieds, j’étais mal en point. J’ai donc penché ma tête au bord de la charrette et j’ai craché ce que j’avais en moi. Une sensation très peu agréable, je peux vous le garantir. Au bout d’un certain moment, je n’ai plus calculé le chemin, trop occupé à me retenir au maximum. Pour vous dire, j’ai même réussi à m’endormir complètement, alors que le véhicule était secoué dans tous les sens. A un certain moment, j’ai senti une grande agitation autour de moi et une accélération incroyable. Me faisant vomir même pendant mon sommeil. Plusieurs heures plus tard, j’ai enfin ouvert les yeux, l’objet de ma maladie était à l’arrêt et je voyais un homme au loin discuter avec un autre. Avec mon ouïe augmentée, j’ai pu comprendre que nous avions été attaqués pendant le voyage par des grands singes qui s’amusaient à balancer des énormes cailloux sur nos faces. Et effectivement, en sortant de son grand truc en bois, j’ai remarqué des gros impacts sur celui-ci. J’ai froncé les sourcils et j’ai enfin réalisé. MEEEERDE ! Je n’étais pas du tout à l’endroit prévu. Regardant autour de moi, j’ai vite remarqué un panneau avec écrit Shirotsume en gros. Vous allez me dire que j’avais été inconscient pendant autant de temps ? Et que j’avais été transporté ici sans m’en rendre compte ? Ah, apparemment oui. Bon, pas grave, j’allais pouvoir visiter un peu et voir ce que je pouvais manger. Par chance, il faisait encore jour et le marché était encore ouvert. J’y suis allé et j’ai observé la nourriture devant mes yeux. Appétissante, du poisson, de la viande, des fruits, ce qu’il me fallait pour me régaler. Sans attendre, je me suis camouflé dans la foule tel un assassin et j’ai attendu que chacun des commerçants soient occupés pour me servir. Au final, je suis reparti avec un sacré butin. Deux poissons, une viande inconnue et une banane. Directement après, je me suis barré pour me rendre dans un endroit plus calme, comme le temple de la ville. Une fois sur place, j’ai trouvé un piler en bois solide et je me suis assis contre celui-ci en mangeant mon repas. Une fois terminé, j’ai glissé petit à petit et j’ai croisé les bras, m’endormant au sol, couché, la tête légèrement élevée grâce au pilier.

    À mon réveil, il faisait encore jour. Mais un peu comme quand le soleil se levait. Si j’ai bien compris, j’avais encore dormi 13 heures de suite. Et j'étais éveillé comme jamais. J’ai soupiré et je me suis redressé, me remettant en route. Très rapidement, j’ai regagné les grandes rues encore peuplés. Au loin, je voyais une fille courir dans ma direction, sans vraiment de raison particulière apparemment. Elle ne savait même pas où est-ce qu’elle allait. La preuve, elle allait tomber. Sur moi. Quoi ?! Je n’ai même pas eu le temps de me retirer qu’elle tirait sur mon pantalon en pleurant. Aaah, si elle pleurait, sa morve allait couler sur mon pantalon. Ignoble fille que tu es ! Doucement, j’ai relevé ma jambe pour me sortir de son emprise et j’ai froncé les sourcils. Qu’est ce qu’elle faisait ici en pleine rue, en plus, elle avait l’air assez jeune. Et seule apparemment, je ne voyais personne qui réclamait qu’elle revienne. Après, ce n’était qu’une déduction, mais elle avait l’air réelle en tout cas. J’ai réussi à retirer mon pied puis j’ai baissé mon regard vers elle. Me penchant un peu, je l’ai attrapé par l’arrière du vêtement et je l’ai soulevé avec ma main, comme si c’était une simple plume. Pour être très honnête, c’était une jeune femme assez mignonne, je ne peux pas le nier.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    « Gamine, tu ne crois pas que tu devrais t’excuser ? Me tomber dessus et vouloir me retirer mon froc, c’est un peu limite. Je sais bien que je suis pas mal mais de la me retirer mon pantalon en pleine rue, c’est louche. »

    Bien sur, c’était une blague. Peut être de mauvais goût, mais on va dire qu’elle avait besoin de décompresser un peu. Elle avait un visage si moche quand elle pleurait. J’étais sur qu’en rigolant elle serait encore plus mignonne. Alors que je l’a maintenais encore dans les airs, j’ai relâché mon emprise d’un seul coup et avec mon autre main, j’ai attrapé son vêtement par l’épaule pour la soulever d’un autre côté et donc la mettre sur les pieds. Par la suite, j’ai croisé les bras, attendant au moins une explication.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La solitude d'une jeune enfant [Pv : Saito Hasaki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " Genius allias Mike Gordon l'enfant du SHIELD "
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RP :: Fiore :: Shirotsume-
Sauter vers: